La Femme qui ne vieillissait pas

La femme qui ne vieillissait pas


Création Avignon 2020 – du 3 au 26 Juillet

Théâtre Buffon 14h50


 

J’ai lu le roman, puis je l’ai dit pour le livre audio et c’est devenu évident.

Une seule lecture de Une femme qui ne vieillissait pas le 18 octobre au théâtre Le Lucernaire a suffi pour trouver less partenaires professionnels de ce projet.

L’adaptation théâtrale que j’ai fait du roman vient d’être éditée chez L’Harmattan, Collection La Luna, 1er numéro.

Je suis allée dédicacer la pièce lors de L’autre Festival à Avignon les 7 et 8 Février 2020. Et nous avons fait notre première lecture publique avec le metteur en scène Tristan Petitgirard à La Luna le 7 Février.

La création se fera cet été, lors du Festival Off d’Avignon, au Théâtre Buffon, à 14h50.

 

 

 

 


Merci à Grégoire Delacourt et à Tristan Petitgirard

pour leur soutien indéfectible


 

(…) la vraie bonne nouvelle dans cette belle histoire, c’est ma rencontre avec Françoise Cadol. J’ai tout de suite su qu’elle était Betty. Qu’elle en possédait en tant que femme les secrètes douleurs et la joie. Qu’elle allait être, en tant que comédienne élégante, celle qui allait murmurer à l’oreille de toutes les femmes que vieillir est une chance. Et j’en suis encore plus convaincu après avoir lu sa première adaptation de mon livre. Elle est absolument formidable.
Et puisqu’il est dit qu’une bonne nouvelle ne vient pas seule, l’arrivée de Tristan Petitgirard sur ce projet
est une grande chance. Après le succès au théâtre de La Liste de mes envies (Mikaël Chirinian/ Anne Bouvier) et de On ne voyait que le bonheur (Gregory Baquet/Muriel Huet des Aunay), je sais que Françoise et Tristan emmèneront cette nouvelle adaptation très loin.

Grégoire Delacourt

 

Je connais le travail de Françoise Cadol depuis longtemps et j’admire la pudeur délicate qu’elle sait déployer. Il est des comédiennes dont la force de pensée nous amène à l’imaginaire, elle est de celle-là. Quant au texte, les mots de Grégoire Delacourt ont la science de la simplicité. Il touche au coeur de l’âme et des interrogations de notre temps. Ce n’est pas une narration de l’explication mais un voyage du ressenti. 

Et Françoise a su parfaitement adapter, couper, monter pour transformer le roman en récit théâtral, en action.

Tristan Petitgirard

 

 


Dossier